L'Âne Gardien (et lamas)

On parle souvent des chiens de protection ; pour les troupeaux de plus de 100 brebis cela peut représenter une méthode pour réduire les attaques sur les troupeaux domestiques mais pour les petits troupeaux de moins de 50 brebis... Que faire ? 

 

Clôtures, chiens, dispositifs d'effarouchement, etc. ; la recherche pour protéger plusieurs lots de brebis de moins de 50 têtes est un casse-tête. Pourtant c'est ce qui revient le plus souvent pour le contexte de plaine. Pour rappel, il est souvent très complexe d'installer des clôtures électriques dans les petits parcs d'élevage avec un environnement diversifié : vieux pré-verger, zone gérée en sylvopastoralisme, présence de haies, en bordure de forêt, etc. 

 

Il est donc important de proposer/tester des alternatives. Parmi celles-ci : certains dispositifs d'effarouchement (mesures temporaires) et peut-être les ânes... mais en respectant certaines conditions.

Objectif principal de l’expérimentation

L'âne est testé comme moyen de dissuasion contre les prédations sur les troupeaux domestiques.

Pourquoi ?

La plupart des éleveurs de plaine qui possèdent 200 à 500 brebis peuvent rarement mettre à l'herbe leur brebis sur un seul parc. La plupart du temps, le troupeau est scindé en petits lots (allotement). Donc introduire un chien pour 20 brebis multiplié par le nombre de lot, cela revient vite à élever des chiens plutôt que des brebis... 

Le principe technique

Introduire progressivement dans un troupeau un âne préalablement sélectionné.

Premier retour d'expérience  en France :

Premier retour d'expérience dans le Grand-Est :

Suite du contenu à venir en 2019...